Présentation de l’ACAT

OBJET

L’obligation de réagir et d’agir : Ensemble, agissons pour l'abolition de la torture et de la peine capitale. Créée en 1974, l'ACAT France réunit des chrétiens (catholiques, orthodoxes, protestants, quakers) partageant une même conviction : l'enseignement de l'évangile est incompatible aussi bien avec la pratique de la torture qu'avec son acceptation passive.  L'Acat veille grâce à son réseau d'informateurs qui couvre le monde entier (églises locales, associations de défense des droits de l'Homme), elle brise le silence. [b]L'Acat informe[/b] par des conférences, la publication de témoignages, elle donne la parole aux " sans-voix ". [b]L'Acat intervient[/b] par des campagnes de presse et de signatures, des interventions directes auprès des gouvernements concernés, elle dénonce l'intolérable. [b]L'Acat prie[/b] avec des chrétiens de toutes confessions, elle intercède pour les victimes et pour la conversion des bourreaux. [b]L'Acat réfléchit et éduque[/b] par des colloques sur les causes de la torture, Elle sensibilise l'opinion au phénomène tortionnaire. [b]L'Acat se développe[/b] : Membre de la Fédération Internationale de l'ACAT (Fi.ACAT) regroupant une trentaine d'ACAT dans le monde et dotée du statut consultatif auprès du Conseil de l'Europe, de la commission africaine des droits de l'Homme et des peuples et des Nations unies, Elle interpelle publiquement les états.

ACTIONS

Un réseau d'informations diversifiées et fiables : L'ACAT n'intervient que sur des informations sûres et incontestables. Ses principales sources sont les organisations de défense des droits de l'Homme et les Eglises locales dans les pays concernés, Amnesty International ou encore des témoignages directs et vérifiés.  Pour chaque situation, des méthodes adaptées : A force de temps et d'expérience, de succès et parfois d'échecs, mais toujours en s'appuyant sur l'engagement de chacun de ses adhérents, l'ACAT a mis au point des méthodes qui ont démontré leur efficacité : • Fax, télégrammes, envois massifs de lettres… pour interpeller les gouvernements, y compris le nôtre. • Correspondance suivie et régulière, pour soutenir les victimes et leurs familles. • Conférences, diffusion de brochures… pour informer, sensibiliser, mobiliser l'opinion publique. [b]Agir ici pour agir là-bas[/b] : Souvent, l'efficacité de l'action commence en France même. En faisant pression sur les autorités françaises, il est possible de pousser celles-ci à utiliser leurs pouvoirs dans les instances internationales ou dans leur relations avec les autorités étrangères.